Deux notions simples à comprendre

Les policiers peuvent être rangés sous le terme générique de Forces de l'Ordre ou représentants de la Loi. A bien considérer, si un bonhomme de chair qui s'appelle Nicolas, Emmanuel ou Frédéric, va à la pêche le dimanche et boit l'apéro avec ses copains, représente équipé de la tenue adéquate, l'Ordre, nous voyons dès lors qu'il personnifie une abstraction. L'Ordre dont nous sentons assez bien ce que c'est, reste une chose immatérielle, ce n'est effectivement qu'un concept,
une abstraction. Le rêve qui use d'images est en quelque sorte contraint
de matérialiser les abstractions, ou plutôt de les figurer ou de les illustrer.
Il doit les rendre concrètes sous forme d'images puisqu'il s'exprime en images, ce
qu'il fait en personnifiant ces notions. C'est pourquoi très souvent un personnage
représentatif les illustrera ; en ce cas il deviendra une Allégorie. Allégorie vient du
grec allegoria qui signifie parler autrement (d'une chose).

Le Larousse définit très clairement l'allégorie : "Expression d'une idée par une image, un tableau, un être vivant". Classiquement
une Allégorie illustre une grande, noble et belle idée : la République, la Justice, La France ; mais aussi la Misère ou la Souf-
france, sans majuscules au quotidien. Ci-contre une représentation de La Justice, la balance (symbolique) sert à peser les actes,
le bien et le mal, parfois les yeux sont (symboliquement) bandés en signe de neutralité et la main est armée d'un glaive
(symbolique) car la Justice peut frapper. Les symboles ordinaires à l'humain, par exemple le chien qui introduit une notion de
fidélité à toute épreuve, sont apparentés aux allégories en ce sens qu'ils représentent autre chose, une idée, une notion. La France peut être représentée allégoriquement par une Grande dame ou symboliquement par un drapeau tricolore. Ce dont vous devrez simplement vous souvenir, et peu importe une classification aux limites arbitraires ou plus ou moins bien définies, c'est que des personnes ou des objets peuvent représenter des choses ou des concepts. Je vous rappelle que des choses peuvent aussi représenter des personnes qu'elles symbolisent, la pipe de Maigret par exemple est distincte de celle de Sherlock Holmes.

C'est ainsi que nous dérivons naturellement vers la métonymie. Pour ceux qui ne seraient pas familiarisés avec ce                                    terme vous pouvez l'oublier à l'instant même car vous n'en ferez guère usage au quotidien ; ce qui                                 est utile de retenir ici c'est le principe qu'il recouvre. La métonymie est principalement un procédé                                 de style par lequel on exprime un tout par une partie : on peut dire de façon compréhensible "il                                   portait un feutre" au lieu de "il portait un chapeau de feutre", "Je bois un verre" au lieu de "je bois le                                contenu d'un verre". A sa façon le rêve use aussi de la métonymie, ceci aura pour effet que n'apparaîtra                          dans votre songe qu'une partie ou un élément de ce que ce rêve veut mettre en œuvre. Pour une                                     direction ce peut être un tronçon du parcours (vous êtes dans une rue, sur une route) et c'est alors assez difficile à détecter.

L'enfant qui apparaît dans un rêve peut tenir un rôle particulier, très différent de celui qui peut revenir aux autres personnages ; quant à sa valeur représentative je me démarque radicalement de ce que vous pouvez en lire ici ou là sous le nom d'enfant intérieur [................]

Rêvons-nous en noir et blanc ou rêvons-nous en couleur ?

Il est plus judicieux de dire que de manière générale nous rêvons dans une, ou des, couleur(s) indistincte(s), dire que c'est du noir et blanc est abusif. Je serais curieux d'entendre un primitif ne connaissant ni l'imprimerie et son encre noire sur fond de papier blanc, ni la télévision et le cinématographe à papa, mais pratiquant ma langue, me parler de la couleur de ses rêves.

Lorsque la couleur est mentionnée dans les rêves c'est toujours par un motif exprès. Soit elle fait référence à "quelque chose", soit elle est marquée symboliquement. A mon sens la symbolique des couleurs est beaucoup plus réduite que ce qui peut s'en écrire dans les volumineux ouvrages sur la symbolique et je crois bien que l'on confond trop aisément usage, culture et symbole. Si une période culturelle avait fait du blanc la couleur distinctive de la royauté, si un endroit culturel, exotique à nos yeux, peut en faire une teinte de deuil, si nos coutumes actuelles en parent la mariée, en vérité et par-delà, cette blancheur immaculée (est-ce que cela vient de la neige virginale ?) représentera toujours (pour nous occidentaux) la pureté sans taches.

Notre œil est capable de distinguer plusieurs centaines de nuances en particulier dans le vert, couleur à laquelle il est très sensible - et qui symbolise évidemment l'espérance.

Quand nous rêvons de choses éthérées ou immatérielles, quand l'intellectualité est en jeu, c'est tout naturellement et symboliquement, ce bleu, qui est au-dessus de nos têtes et dans nos têtes qui les représente. Une rêveuse (mariée) était fascinée par l'azur des yeux de son cousin : si elle apprécie ce cousin que ce ne soit pas au point de mêler esprit et chair, amitié et péché lui dit son rêve !

Si la couleur jaune est habituellement comparée    au soleil donc positive, je ne l'ai personnellement vue de manière significative que signant la trahison ou l'illusion. C'est l'ancien jaune cocu. C'est donc à tester plus avant, mais à vrai dire cette couleur ne semble guère mentionnée en tant que symbole irréfragable et elle n'est qu'exception -nellement évoquée de façon distincte dans le contexte du rêve.

J'ai toujours reconnu, oniriquement parlant, dans la couleur orange une connotation positive : qu'une personne porte un vêtement de cette couleur ou qu'un enfant ballotté retrouve tel un trésor deux coffres anciens  pleins de richesses ; des pièces et bijoux d'or d'un jaune orangé qui sont en fait des richesses féminines ou maternelles de nourrices avec qui il a renoué. Je n'en dis ici que deux mots mais vous aurez peut-être à rencontrer cette occurrence somme toute courante.

Que peut bien signifier cette insistante présence du brun/marron ?  
Etant donné sa similitude avec la cambronnesque matière cette couleur représente les choses emmerdantes. En fait le marron représente le devoir, qui peut, certes, être emmerdant. Une boulangère à la terne pelisse marron a représenté le devoir quotidien du fait que l'on achète son pain tous les jours.

Le rouge est une fréquente mention des rêves, il figurera la passion. On le retrouvera sur une voiture que l'on percute et qui est conduite par une personne du sexe opposé, très souvent il est apposé sur les vêtements : tailleur, maillot d'une équipe de foot : la passion ne sera pas loin. Il se peut encore que ce soit l'urgence ou sur le plan physique une inflammation. 

Pour le noir cela va de soi. C'est un peu comme pour le catch à l'ancienne, il y avait le Bon vêtu et cagoulé de blanc face à l'ignoble Bourreau de Béthune dont le slip noir reflétait la couleur des sombres intentions ;-)

Voyons comment le rêve peut s'approprier ces deux coloris - vert et blanc ?

Un jeune champion cycliste après un début de saison en fanfare marque le pas et se décourage : Un avion blanc, du type transport de passagers, décolle avec un fort angle ascensionnel, ne corrige pas sa trajectoire qui se poursuit en looping jusqu'à le faire disparaître derrière une verte colline. Enfin il réapparaît, son vol s'est stabilisé.
Ce type de rêve est un rêve confortant, un rêve de soutien (très rare). L'avion qui prend son envol le représente ainsi que tout son entourage qui lui fait confiance - un avion de ce style fait référence à un groupe (contrairement à un avion de chasse par exemple) un groupe en action, en devenir, il indique un essor - . En effet il a connu un début de saison inespéré dans une catégorie supérieure où il a immédiatement obtenu des résultats flatteurs. Trop prometteurs comme nous le montre cette hyperbolique courbe d'envol. Durant cette période de doute sur ses capacités qui a déclenché ce rêve il s'interroge, par rapport aux autres, sur le doping ; nous le voyons car cet avion est blanc, ce qui signifie que ses résultats ont été acquis proprement. S'ensuit l'éclipse qu'il est en train de vivre, elle se traduit dans son rêve par la disparition de l'avion derrière la colline durant une période. Puis le renouveau qui devrait logiquement intervenir car "il" réapparaît depuis cette colline parée des couleurs de l'espoir. Ce rêve vraisemblablement pouvait s'appuyer sur les capacités et le sérieux de son auteur qui, s'il avait matière à douter et s'interroger, pouvait toujours croire en ses aptitudes.