Ruptures dans la continuité             Eléments de la veille                 Balises

Le rêve semble fréquemment décousu car il se présente sous forme de séquences que nous pourrions dire dépendantes les unes des autres, mais non reliées entre elles.

Comparaison avec le langage. Si le rêve peut être rapproché d'un langage il lui manque cependant tout ce qui coordonne ou uni. Conjonctions de coordination, adverbes, jonctions entre éléments et autres subtilités langagières que je ne sais pas nommer techniquement, c'est tout ce liant qui fait défaut par rapport à notre mode discursif […] en comparaison, le rêve nous semblera bien rustique, mais il convient d'accepter cette caractéristique somme toute mineure.

Le rêve incorpore des éléments que vous avez pu rencontrer de différentes façons la veille ou l'avant-veille de votre nuit de sommeil. [...] Parfois ça n'est là, mentionné dans le décor que comme un clin d'œil, parfois cette annotation contribue à donner du sens au rêve qui l'utilise alors comme un matériau.
Pour autant il ne faudrait pas non plus croire que d'avoir détecté un tel élément suffit à affirmer que la signification du rêve est saisie.
Ces éléments peuvent prendre un relief tout particulier, accaparant ainsi notre attention, tout en n'ayant aucune incidence sur le sens du rêve.

J'ai rêvé d'une maison en construction parce qu'hier j'ai vu précisément des matériaux de construction sur un chantier pavillonnaire. Ceci n'est qu'un constat résultant du fait que vous avez pu opérer un rapprochement, ce n'est évidemment pas la compréhension d'un rêve. L'emprunt aux éléments de la veille est utile au rêve en ce qu'il lui procure des matériaux utiles à sa construction. Ici ces matériaux existent tant au propre dans la réalité qu'au figuré du figuré pourrions-nous dire pour le rêve, car ce n'est qu'un matériau conceptuel pour un usage virtuel. Au moment de traduire ces images vous aurez peut-être à savoir que la maison du rêve sera bâtie au bord d'un précipice ; qu'elle sera plutôt d'une autre nature qu'une "vraie maison" et à y réfléchir, davantage bâtie comme une maison certes, mais d'arrêts etc.

Certains rêves se servent d'une douce illusion afin de ne pas meurtrir plus que nécessaire le rêveur, je crois qu'ils peuvent le soulager sans pour autant le bercer d'illusions. Si le rêve, du fait qu'il est réaliste, n'est pas prédisposé aux concessions, d'un autre côté il n'a aucun intérêt à importuner plus qu'il n'est utile un rêveur. Si, comme nous le soutenons, c'est le meilleur ami du rêveur, à quoi bon se torturer amicalement ? Il pourra ordinairement torturer la conscience de notre homme (ou femme) et c'est de sa responsabilité, mais je crois constater qu'il épargnera les choses qui ne peuvent que lui être chère. Il n'aura pas d'égards particuliers pour cette nostalgie à bon marché faite de regrets pour un passé flatteur et de dénigrement du présent, de la situation vécue ou des gens de notre quotidien. Il n'a rien à voir, sauf à les critiquer, avec les regrets stériles d'une période clinquante révolue. Ce que je veux dire c'est que, du fait de la quasi irréductibilité de certains traits de notre personne - certains traits qui peuvent nous porter préjudice quand ils sont envahissants mais qui nous sont constitutifs -, le rêve est amené à composer avec ceux-ci dans une certaine mesure. Je ne sais s'il interviendra en tant que rêve inoubliable mais on en discerne la menue trace ponctuant de temps à autre la vie d'un rêveur en souffrance. C'est le cas pour celui/celle qui serait attaché à un tendre passé définitivement révolu mais qui continuerait dans ses rêves à laisser vivre l'être cher. Ce serait cet être là sans que ce soit celui-là, puisque son comportement, ses attitudes, un habillement ou l'environnement ne seraient pas adéquats. Je crois que par là le rêve voudrait dire : j'accepte que pour toi quelque chose vive encore, mais à bien y regarder ce quelque chose qu'a-t-il encore à voir avec la réalité ?